Il faut comprendre que ce n'est pas triste d'être austiste asperger

« Pour les gens comme nous, c’est triste les personnes comme vous (autiste asperger). »

Aspergirl Les réponses 7 commentaires

Pour les gens comme nous, c’est triste les personnes comme vous. Cette phrase m’a rentré dedans comme une tonne de brique. Triste ? Mais je ne suis pas triste d’être comme je suis (autiste asperger)  !?! Réponse : Non, vous, vous ne le sentez pas, mais pour nous (neurotypiques), on trouve ça triste.

J’ai attrapé la bouée intérêt spécifique et j’ai dit : Mais as-tu vu mes photos de dés ? C’est la première chose qui m’est venue à l’esprit. Un élément clairement autiste qui rend positive ma vie de madame aspie. Mais ce matin, avec mon café devant moi, je suis plus calme et je vais utiliser ma méthode habituelle pour éclaircir mes pensées. Je vais classifier les grandes sphères de ma vie ainsi que mes caractéristiques autistiques avec les pour les contres d’être une adulte autiste asperger en 2017.


Je ne veux aucune levée de boucliers contre la personne qui a énoncé ce qu’il ressentait. Je suis la première à dire que j’ai besoin de données brutes, de ressentis clairs, non biaisés par le filtre de la bienséance. Comme j’ai eu accès au fond de sa pensée, ça me donne la possibilité de répondre avec autant d’honnêteté que lui. Puis ça, c’est facilitant.


Être un parent autiste asperger

Au premier bébé,  j’ai réalisé rapidement que j’étais inapte du côté affectif; je ne ressentais rien. C’est donc à la lettre que j’ai suivi le livre d’instruction des bébés, pour compenser et pour remplir les trous. Rien ne m’était inné. Ai-je été triste ? Terriblement. Ai-je eu le côté pragmatique assez fort pour tenir compte de mes faiblesses et y pallier ? Oh que oui !

Je me suis lancée corps et âme dans une méthode inventée par moi pour créer un lien autrement, il s’agissait d’un lien intellectuel puisque le lien affectif m’était alors étranger. L’amour est venu plus tard. Est-ce que je suis encore triste ? Pas du tout. Pourquoi ? Parce que j’ai emprunté une autre voie pour tisser des liens solides avec mes enfants, puis maintenant, à ce jour, notre relation est belle. On est bien pour vrai ensemble. Rien n’est mécanique. Puis ce résultat est mérité. Je ne l’ai pas eu facilement.

Mon constat au sujet de la tristesse face aux lacunes/obstacles dans mon rôle de maman asperger.

Si je veux imiter les neurotypiques. Tristesse. Si je cherche mes propres méthodes et que j’exploite mon potentiel à moi, différent, mais non pas incompétent. Joie.

Les défis, lorsque relevés, nous emplissent de fierté. Oui des fois ça semble insurmontable, mais lorsqu’on y parvient, en travaillant dix fois plus fort que la majorité des gens, on apprécie pour vrai et on peut savourer la victoire, puis ce petit plaisir là, je me le garde.

Être une amoureuse autiste asperger

Je ne suis pas triste. Mon amoureux a un dédain exceptionnellement marqué pour le mensonge, même les petites menteries. La chance, puisque je n’arrive pas à mentir. Il n’a aucune patience pour tenter de deviner ce qui n’est pas clairement dit et considère la tâche de lire entre les lignes comme une perte de temps et d’efficacité. Youpi, je ne sais pas être subtile ni enrober mes énoncés pour les rendre doucereux et digérables..

L’amoureux a une vie professionnelle assez chargée et ne peut pas avoir une compagne qui n’est pas capable de se sentir bien lorsqu’il n’est pas là. Fantastique, j’ai besoin de beaucoup de temps seule. Il aime taquiner; c’est un petit espiègle. Il se retrouve donc, avec moi, à avoir accès à une source intarissable de plaisanteries. Il utilise mes comportements atypiques et mes erreurs pour blaguer et il se considère trèèèès drôle. Il me fait rire. Je le fais rire. Chacun se concentre sur les sphères dans lequel il est qualifié au lieu de se battre pour tenter de tout contrôler.

Mon constat au sujet de la tristesse face aux lacunes/obstacles dans mon rôle d’amoureuse asperger.

Je ne fais pas de négation et je suis parfaitement consciente que plusieurs subtilités de la conjointe idéale m’échappent.

Mais c’est quoi le plus important dans la vie ? Être capable de bien paraitre lorsque j’accompagne l’amoureux dans un souper de réseautage d’affaires ? Savoir quoi dire et comment le dire pour donner une belle apparence de madame parfaite ? Être apte à m’habiller sexy et savoir tenir grimpée sur les talons hauts ? Ce serait un bonus et effectivement, je n’ai pas ça.

Mais je ne suis pas un trophée ou un élément de valorisation, je suis la personne authentique qu’il retrouve une fois à la maison. Celle en qui il peut avoir une confiance aveugle et celle qui l’aime et le respecte profondément parce qu’elle est incapable, de toute manière, de s’imposer de faire semblant.

Être une enfant autiste asperger née dans les années 70

J’ai la permission de sauter par dessus ce facteur ? Ok, effectivement ici je perds tous les points accumulés dans la section des avantages. Mais les choses changent, les mentalités évoluent et la société commence à comprendre que des bons citoyens ce n’est pas une armée de robots. La différence, malgré ses défis, est bénéfique pour un groupe. L’autre angle, l’autre point de vue, c’est souvent les personnes différentes qui les amènent.

Les deux côtés de la médaille d’être autiste asperger

Rigidité comportementale

Désavantages de la rigidité comportementale

La flexibilité face aux changements et moi, on n’est pas amie-amie. J’irais jusqu’à dire que j’ai la panique facile.

Il faut que je m’assoie toujours au même endroit, de la même manière que je suive les mêmes routines, enregistrées, confortables et rassurantes. Mon ouverture d’esprit face aux modifications apportées à mes prévisions est aussi grande que celle d’un végétarien en face d’un tartare. On ferme la bouche, on ferme le nez, puis les yeux avec, pourquoi pas. Bref, je suis fermée.

Info technique
Ces routines et ces rituels sont dus à la résistance au changement bien connue chez les personnes avec autisme. Celles-ci peuvent éprouver une grande détresse lorsqu’il y a un imprévu ou lorsqu’elles sont interrompues dans leurs activités répétitives.

Source : spectredelautisme.com

Avantages de la rigidité comportementale

La stabilité ne se fait pas prier, elle est reine en mon cerveau et en mon cœur aussi. Ce qui était bon hier le sera demain et je ne serai point désillusionnée par l’ennui de la répétition. La rigueur est rassurante et la méthodologie mon alliée. Comme le Code de la route auquel je me plis avec passion, ma vie est sans doute trop pleine de règles imposées à moi par moi et pour moi pour le commun des mortels, mais ce sont mes balises, des garde-fous et une protection qui me rassure. Ce que vous voyez comme une fermeture est en fait ma sécurité.

Hypersensibilité sensorielle

Désavantages de l’hypersensibilité sensorielle

Je me désintègre sous un seul touché léger et il se retrouve imprégné telle une marque au fer durant de longues minutes. Mes vêtements sont méchants, malfaisants même. Effectivement ils m’attaquent sans cesse, me brûlent et m’agressent.

Avantages de l’hypersensibilité sensorielle

J’ai droit à un laissez-passer gratuit pour le village de l’exaltation à simplement plonger ma main dans le récipient à granules de bois. Certaines textures ou sensations me plongent dans un état euphorique. Une simple friandise est un royaume de découvertes. C’est ça ma vie.

Hyperacousie

Désavantages de l’hyperacousie

La hotte de poêle me zombifie et le ventilateur me donne l’impression de trancher mon cerveau en rondelles avec ses pales. Les bruits m’effraient, m’envahissent et semblent réussir à entrer par tous les chemins possibles jusque par les pores de ma peau. Hypersensibilité et irritabilité, sensation d’envahissement par le son, mes oreilles ne sont pas toujours mes amies.

Avantages de l’hyperacousie

La possibilité de savourer et de ressentir chaque parcelle de la musique d’une manière inatteignable pour la plupart de gens, ça n’a pas de prix. Je suis prête à subir tout le reste pour garder cette fonction active.

Traiter l’information visuelle de manière différente

Désavantages à traiter l’information visuelle différemment

Ne pas savoir assembler les infos relatives à la structure des visages afin de les reconnaitre (prosopagnosie) n’est jamais très très pratique. Souvent, ne pas voir ce qui saute aux yeux pour plutôt se concentrer sur les détails moins visibles pour les neurotypiques est nuisible aussi.

Avantages à traiter l’information visuelle différemment

Faire de son atypie son métier, devenir graphiste grâce à l’attention portée aux détails, avoir tellement plus de facilité à transmettre notre vision à un ordinateur plutôt qu’à un humain, ça compense amplement. En faire son loisir et exprimer cette vision via la photographie, c’est un beau bonus qui m’est précieux.

Déficit au niveau des interactions sociales et des subtilités de la communication avec les autres.

Je sors mon Joker. Il n’y a aucun avantage. Mais…

Intérêts spécifiques

Que du bon, que du beau, que de la passion et un moteur créatif !

Tu m’as dit : On va s’en reparler.

J’avais besoin de rapatrier mes idées. J’ai comparé, j’ai soupesé et j’ai évalué. Ce n’est pas facile comme exercice, tu sais.

Je suis tout à fait consciente d’être socialement démantibulée, proprioceptivement déréglée et étrangement bizarre. Pourtant, les gens que je côtoie régulièrement me disent que je leur apporte de la joie et de l’énergie. Tu n’as peut-être pas eu accès à ce côté de moi parce que le bruit et la densité d’humains freinaient l’expansion de comment je peux être lorsque je me sens en sécurité. Mes défis ont des solutions. Avec les ajustements adéquats, je ne serai jamais comme toi, comme tes amis ou comme la plupart des gens, mais j’aurai accès à moi et c’est ça qui compte.

On ne souffre pas d’autisme. Autiste, on l’est ou on ne l’est pas. On souffre du regard des autres.Hugo Horiot

Mais si les autres pour moi, ce sont des gens qui me regardent en riant, ou joyeusement, ou simplement comme un être faisant partie d’une variété plus rare, ça change tout.

Je vais garder ma tristesse pour les vrais malheurs, ceux contre lesquels il est impossible de s’outiller ou de s’adapter. Ou encore pour les aléas de la vie, comme la tristesse d’avoir détruit mon vêtement favoris, le plus confortable de tous, en l’envoyant chez le nettoyeur. Étrangement je suis réellement triste de ce fait. Plus triste que pour mon handicap.

Je suis une aspergagnante et j’ai l’intention de découvrir comment accéder au meilleur de ce que j’ai !


Il y a une participation record sur cet article. Beaucoup de réponses réfléchies, pertinentes, touchantes et vraies.

  • Une mère à pris le temps de répondre en profondeur dans un article que vous retrouverez ici.
  • Pour les autres commentaires, de personnes autistes et neurotypiques, retrouvez-nous sur le fil facebook.

Partagez cet article

Aimez la page Facebook pour être informé des nouvelles publications.
  • Cyntia Abed

    J’ai été diagnostiquer récemment. Depuis toute petite, je me sentait différente, et j’essayais de me cacher, me rendre invisible. ça a marcher jusqu’à mes 18 ans. Une fois adulte, j’ai continué à refouler ce qui me rendait si différente. à tout garder pour moi.
    Du coup, je ne m’accepte pas, je n’accepte pas ce monde, cette société. J’ai souvent rêvé que ma différence soi une maladie. Pour pouvoir guérir et changer. Et au final, j’apprend que ça ne changera jamais. Que cette fille (moi) que je déteste tant, et bien, elle ne changera pas. Elle est comme ça, point barre. Et je doit l’accepter. Je n’y arrive pas. Et cela me rend triste de ne pas pouvoir vivre comme je l’aimerais. De souffrir du bruit en permanence. De ne pas pouvoir profiter de la présence de ceux qui me sont chers….

    • Jo Travaillant

      Que cette fille (moi) que je déteste tant, et bien, elle ne changera pas… et bien Cynthia, je sais pas quel age tu es trendu, mais je te confirme que chaque humain CHANGE et EVOLUE vers son meilleur, inéluctablement… Il s’agit de structurer les chose, les endroits, et choisir les événements qui te feront du bien, plutot que de te battre à essayer d’être comme tout le monde, ce qui est tellement difficile pour quiconque, mais encore plus en présence de « la ou d’une différence »

      • Au royaume d’une Aspergirl

        Le problème c’est quand on veut prendre la même route que les neurotypique. C’est échec après échec. Pas facile de s’aimer dans ces conditions. Adaptons nos vies. Acceptons de faire les choses à notre manière.

    • Au royaume d’une Aspergirl

      Ces temps-ci mon fils me parle souvent de CRISPR-Cas9, ça l’intéresse et le fascine de savoir que nous
      pourrons modifier les gènes des générations futures. Moi ça me fait peur. Ça l’amène à me poser cette question : ‘’Si tu pouvais réparer ton asperger, tu le ferais ? ‘’ Je lui dis non, ce ne serait plus moi. Il me dit : Mais tu ne le saurais pas, la nouvelle toi serait toi.

      Mais l’asperger, qu’on le veuille ou non, a forgé des grands pans de notre personnalité. C’est vrai que tant que la bête n’est pas domptée, c’est difficile à vivre. Je te propose un exercice. Nomme tes défauts et tente de trouver le pendant qualité qui va avec. Exemple, mon défaut qui dérange le plus mon amoureux est que je suis impatiente et stressante face au facteur temps. La qualité, je suis rigoureuse face au temps et ça me rend fiable. Tu vois le principe ? Ça c’est un premier pas.

      Ensuite, tes proches, si tu les voyais en individuel ce serait plus facile ? Avec une amie, on marche en forêt.
      Je ne me sens pas handicapée en forêt. Pas de bruit, pas de stimuli son, odeurs, motifs désagréables ou envahissants, rien. Et si je n’ai rien à dire je me tais et je marche plus vite. Tu as le droit de trouver des solutions adaptées. Ce n’est pas obligé de faire comme les autres.

      On le sait que c’est dur, que c’est plein d’obstacles, c’est un animal sauvage à mettre à notre main. Il faut trouver en lui ce qui peut nous servir, l’utiliser pour en tirer le meilleur. Tu le détestes ? Utilise le pour ton propre bien. C’est plus facile à dire qu’à faire je sais. Il faut fouiller, trouver ses failles. Tu as une passion ? Un intérêt spécifique ?

      Avant, j’avais juste de la haine pure envers moi. C’est long, je sais. C’est le travail d’une vie de l’accepter.

      Bonne chance.

  • Richard Marcotte
    • Au royaume d’une Aspergirl

      Ha ! Ha ! Mignon.

  • Pingback: La tristesse d’une maman – Nouvelle ardoise()