Premier degré et compréhension en autisme

Premier degré, quel degré ? Celsius ou celui qui vient avec ses 359 amis ?

Aspergirl Les particularités 9 commentaires

Je suis persuadée de pouvoir comprendre le deuxième degré. Mes fonctions cognitives sont sympas avec moi non ? Donc, je dois arriver à dépasser un seul et minuscule premier degré ? D’ailleurs, j’apprécie l’humour québécois avec ses humoristes raconteurs et je saisis bien le deuxième palier de blague. Je crois. Même que le titre de cet article utilise ici un niveau deux. Donc techniquement, je devrais franchir le premier niveau ? En tant qu’autiste Asperger, rien n’est moins sur.

J’ai commencé mes cours de dessin, je suis au deuxième cours. C’est la semaine des examens et les deux étudiants sont donc absents ainsi que l’enfant. Nous sommes seulement deux étudiantes. La professeure lance : «Ils sont vraiment dérangeants les voisins.» Je ne réagis pas, mais j’écoute et ne constate aucun bruit envahissant. Je ne comprends pas, donc je fais comme si elle n’avait rien dit. Mais elle réitère. «Ils sont tannants les voisins hein ?» Je ne peux pas faire mine de l’ignorer indéfiniment, je réponds donc : «Mais quels voisins ?» et je regarde autour de moi pour trouver ce à quoi elle peut bien faire allusion. Et elle, de se mettre à rire. Son affirmation voulait dire le contraire. C’est une sorte de blague.

Avant je me serais sentie stupide; je me détestais pour des détails. Maintenant, je trouve ça rigolo. C’est tellement une question de perception.

J’avais trois ans et une personne a utilisé l’expression saute-mouton devant moi pour la première fois.

Il s’agissait pour deux adultes de faire une tâche en alternance en utilisant la méthode saute-mouton. J’ai réclamé des explications et la réponse m’a fascinée à un point tel que j’y pensais tout le temps. Je trouvais incroyable que l’on puisse utiliser le nom d’un jeu, qui lui même porte le nom d’un animal pour décrire une technique de partage de la tâche. C’était comme un troisième niveau. Je ne cessais de réclamer à nouveau l’explication et je voyais dans ma tête le bond s’effectuant. Je tentais de transposer ce bon à la manière dont les personnes marchaient afin de rendre l’explication plus confortable pour moi.

Donc, comme le mouvement dessiné du jeu est une série de demi-cercles en alternance, pour calmer ma tête, je m’efforçais de déceler dans le déplacement des personnes, ces mêmes demi-cercles. Et c’est seulement à ce moment que je pouvais supporter l’utilisation de ce deuxième niveau. Je me souviens l’avoir reproduite au sol avec des pierres, ça m’a vraiment profondément marquée cette histoire de mots qui veulent dire autre chose.

Une fois bien expliquées et décortiquées, ces illustrations, ces comparaisons peuvent être intégrées au vocabulaire, mais elles n’ont pas l’entrée facile. J’ai besoin de les rendre logiques sinon elles me rendent trop anxieuse. Depuis ce jour, pour chaque expression, je détermine une raison claire pour quelle ait la permission d’entrer dans ma tête. C’est obligé.

Voici comment je fais pour rendre confortables les expressions.

Il y a bien des années, pour Noël, j’ai demandé le dictionnaire des expressions et le dictionnaire des proverbes. Ça m’aide. Mais surtout, pour chaque expression je fais cet exercice afin de lui donner une valeur et si je ne le fais pas c’est souffrant, ça me tire par en dedans, je ne vois que l’image du proverbe ou de l’expression et ça me court-circuite.

Ne pas mettre la charrue avant les bœufs ou devant les bœufs.

Le faire équivaut à créer une suite non logique au niveau d’un travail à effectuer, car la charrue ne peut tirer les bœufs.
Résumé ça donne : Ne pas faire une tâche dans le désordre.
Je peux vivre avec ça. L’image est logique.

Avoir les fils qui se touchent

Je peux imaginer un court-circuit, ou des flammèches ou un embrasement soudain. C’est comme un afflux d’énergie qui en touche un autre et ça crée une réaction soudaine qui pourrait être accompagnée d’un bruit.
Résumé ça donne : réaction soudaine et surprenante. La colère peut potentiellement y ressembler.
Je peux vivre avec ça. L’image est logique.

Avoir les deux yeux dans le même trou

Mettre deux choses dans un endroit trop petit ? Être handicapé ? Mal voir ?
Résumé ça donne : une chose impossible.
Je ne peux pas vivre avec ça. L’image est illogique. L’image est laide et je la déteste. Malaise.

Tout forme une image. Je pense en image, vous me parlez et ça prend vie, l’expression ne va jamais directement afficher sa finalité dans ma tête, elle commence toujours par sa forme première. Je vois et j’imagine les deux yeux occuper l’espace et ça me terrorise.

Quand je crois comprendre, mais que je suis complètement à côté.

Si je m’y attends, je ne prends pas les choses au sens littéral, c’est ça l’astuce. C’est pour ça que j’apprécie écouter de l’humour, je sais que ce sont des blagues alors je me plais à les comprendre et j’ai le temps. Pas grave si je ris en décalé. Mais dans la vraie vie, oups.

Une personne de mon club photo a posté sur Facebook sous forme d’image que les femmes trop intelligentes n’arrivaient pas à trouver d’amoureux.

J’ai cru qu’elle pensait que c’était son cas et que ça pourrait la décourager face à la possibilité de trouver l’amour ou pas. Ça m’a rendue triste et je me suis mise à me questionner sur ce fait. Je me suis lancée dans une énorme recherche et je lui ai répondu avec statistiques à l’appui en comparant aussi avec d’autres pays de la francophonie. Ça n’a pas exactement donné l’effet escompté. Elle a effacé sa publication tout de suite après ma réponse. Il parait que c’était une image de blague, mais pour les blagues, les gens, ils mettent des émoticônes ou des lol habituellement et là il n’y en avait pas.

Une personne de mon club photo a mis en entête Facebook une phrase triste.

J’ai cru qu’elle était en détresse au vu de  la noirceur de la phrase. Mais cette fois je suis allé directement à la source pour vérifier si elle avait besoin d’aide. Il se trouve qu’elle aimait simplement cette image et que ça ne représentait pas son état d’esprit. Mais moi, si vous postez un truc, je vous crois, c’est ça qui arrive. Comment faire le tri entre le niveau un et le niveau deux ? C’est très embêtant. Demander aide, mais on ne peut pas toujours.

Une invitée au club photo.

Quelqu’un lui a mentionné que je connaissais bien Photoshop, cette phrase s’est insérée dans la conversation. L’invitée m’a alors fait paniquer lorsqu’elle m’a dit désirer que je lui apprenne. Elle vit trop loin! Je ne connais rien d’elle si ça se trouve elle n’est peut-être même pas gentille ! C’est trop long ! Pourquoi elle me demande ça ??? Pas une seconde je n’ai pensé que ce pouvait être une sorte de blague. J’ai répondu : « Je ne vous connais même pas. » Oups. Froid. Malaise. Vouloir un pouvoir, je prendrais celui d’arriver à mettre le temps à pause pour traiter les données avant réponse. C’est le délai le problème. Après je comprends, mais sur l’instant, je n’arrive pas à franchir ce détestable premier niveau.

Enfant.

L’été avant d’entrer à la maternelle, je me rappelle d’une énorme punition pour avoir compris une instruction au sens littéral. Je n’ai même pas envie de développer, mais je peux dire que jamais on n’a cru ma version, soit que pour moi, la consigne était exactement celle donnée. L’énoncé aurait dû logiquement être interprété différemment. Les enfants neurotypiques auraient très bien compris. Mais pas moi. Moi, j’étais coincée au premier degré. Les mots étaient les mots. Voilà.

À 17 ans. Avec le recul c’est drôle, mais sur l’instant…

Les étudiants avaient une soirée de début d’année. Moi je voulais vraiment vraiment vraiment fort m’intégrer alors je suis allée. On nous a mis en cercle et on devait répondre à la question posée. Ça se voulait de l’humour, mais à aucune question je n’ai répondu avec des blagues, je répondais littéralement parce que j’étais bien trop angoissée par le groupe pour même entrevoir la possibilité d’un deuxième niveau. On m’a demandé, quelle partie de mon corps était la plus chatouilleuse. Je ne peux pas croire que j’ai simplement répondu : « Ben là, le cl*? »

Même les personnes intelligentes avec de l’autisme abordent le langage parfois de manière littérale. (…) Ces personnes peuvent s’arrêter à des nuances sans importance ou banales pour d’autres, mais qui sont des fautes absolues pour elles. Peter Vermeulen, Comprendre les personnes autistes de haut niveau.

Écouter et penser en images me permet de faire des blagues s’apparentant à un deuxième niveau.

Même si je ne les saisis pas la plupart du temps, principalement si je ne m’y attends pas, les blagues de deuxième niveau sont possibles à créer si l’image ou le dessin de la blague est drôle. Une personne a posté sur Facebook: « La vie ne tient qu’à un fil, mordez dedans.» Tout de suite, ma tête affiche l’image, un fil, une suspension, une morsure, c’est comme ça que je traite, alors l’analyse m’a fait visualiser une personne tenue à un mince fil et qui le mord. C’est dangereux ça, non ? Étant consciente que ce n’était pas le but de l’affirmation de la personne, ça m’a ouvert la porte à lancer une blague à l’effet que mordre ce fil n’est peut-être pas l’idée du siècle. Je me suis trouvé tellement drôle, j’étais toute contente. Bon j’étais toute seule à rire, mais là n’est pas la question. En fait, ça m’a permis de contrer l’illogique image de deuxième degré que ma tête refusait de traiter. Attaquer la bête avec l’humour, ça aide.

Écouter et penser en images me complique aussi le traitement de l’énoncé.

Ça me fait mal, je souffre lorsque vous dites:

  • C’est mort
  • Ça coûte un bras
  • Couper le sifflet
  • Haché menu
  • Mordre à l’hameçon
  • Huile de bras
  • Langue de bois
  • Pourri jusqu’à la moelle
  • Cousu d’or
  • À double tranchant
  • Vie de merde
  • Entre l’arbre et l’écorce
  • Avoir d’autres chats à fouetter

Ou encore, des affirmations comme : Mange ta main, garde l’autre pour demain. Mange ton pied, garde l’autre pour danser. Enfant, ça me mettait en colère et je devenais complètement angoissée et frustrée lorsqu’on me répondait de la sorte. J’avais l’impression de me frapper sur un mur, comme si on me barrait le chemin ou on m’enfermait. Je m’obstinais et tentais de contester en misant sur le fait que c’était IMPOSSIBLE ! J’avais l’impression qu’on me faisait du mal lorsqu’on me parlait de la sorte. C’était mon ressenti même si maintenant je comprends.

Je vois les vrais mots, je vois les images et ensuite je peux transposer sur la réalité. Ça crée un inconfort important si l’image m’effraie ou me dégoute.

Et combien de fois j’ai réellement tourné ma langue sept fois avec pour conséquence de seulement répondre la même mauvaise chose, mais à retardement. Ce délai ne m’a jamais aidé, il n’a toujours que retardé l’inévitable, soit me placer en situation de malentendus et d’erreurs sociales.

Nommer le problème demeure encore et toujours la super meilleure solution du monde pour moi.

Quand les gens savent, les gens pardonnent et encore mieux, les gens rient. Ça change tout, carrément tout. J’aime tellement cette option. Ça dédramatise et ça met de la joie. Là où il y avait avant un énorme problème il y a maintenant une source de rigolade.

Même les vœux je les prends au premier degré. Faire un vœu c’est de souhaiter, je ne vais pas souhaiter une chose si je ne la ressens pas sinon ce n’est pas un vœu, non ?  Pas question que je répète une phrase prémâchée. La personne attend des vœux de bonne année en retour des siens ? Je vais lui souhaiter ce que je crois réellement être agréable, peu importe le résultat. J’ai donc souhaité à mon client de créer quelque chose.

Voici un extrait de la conversation :

  • Moi – Passe une bonne année. Je te souhaite de … créer quelque chose.
  • Client – Je te décerne la médaille d’or dans les vœux les plus pourris qui furent jadis mentionnés! Je vais prendre un cours de psycho et je te reviens avec ça. Lol.
  • Moi – Tu as laissé maints indices qui me laissent penser que ça te ferait du bien et ce serait significatif. Pas grave… de toute manière, depuis quand je fais les choses dans les normes.
  • Client – C’est ce qui fait de toi, toi

Il sait pour moi. Je n’ai pas eu le choix, car l’an passé j’ai encore mal compris une chose et il était très très fâché contre moi. Vraiment fâché. Alors j’ai élaboré à propos de ce que j’avais compris (tout de travers) et j’ai expliqué pourquoi. Et paf ! Coup de baguette magique, il n’était plus fâché du tout.

C’est bon de pouvoir nommer les choses. Je suis autiste Asperger et j’interprète souvent de travers. Je suis dans un monde parallèle parfois et entre les deux il y a ce brouillard qui déforme tout.

Beaucoup savent maintenant, et  c’est tellement plus simple. Comme lorsqu’un de mes fournisseurs me dit parfois : «C’est vrai que t’es vraiment nulle en interactions sociales.» Là je sais que j’ai dit une bêtise, mais au moins il ne demeure pas fâché dans son coin en ne comprenant pas mon attitude de tout prendre au pied de la lettre.

Puis pour mon amoureux, c’est une mine intarissable de taquinerie. Il a très bien, trop bien compris le principe de base et en profite allègrement pour me faire réagir. Ensuite il est tout fier de ses blagues. Grrr. Hi. Hi. Ça change tout. L’humour, le rire, c’est magique. C’est le regard qui change, je ne suis plus juste déphasée et mauvaise en habiletés sociales, je suis drôle malgré moi. Youpi.

Partagez cet article

Aimez la page Facebook pour être informé des nouvelles publications.
  • Olivia Reaney/Holywa

    Ha je me retrouve tellement dans ces situations 🙂 Du coup, il m’arrive parfois d’éclater de rire toute seule parce que quelqu’un a dit une phrase et mon cerveau l’a transformé en image. Forcément, ça paraît disproportionné mais je leur dit « Non mais j’ai eu l’image dans la tête » et vu qu’ils sont prévenus, ça passe 😀

    La dernière en date : je faisais parler un robot (oui oui) qui me disait qu’il mangeait un grand bol d’électricité tous les matins. C’est donc tout naturellement que je lui demande « Est-ce que tu veux mettre tes doigts dans ma prise? », au moment où il y a eu un grand silence dans l’open space, et que tout le monde a saisi au vol le double sens, sauf moi « bah pourquoi vous rigolez? ». J’avais le ton qui allait bien avec apparemment 😀

    • Au royaume d’une Aspergirl

      Oh oui ! Lorsqu’on le dit c’est mieux compris, sinon on a simplement l’air cinglé, hi hi hi…. C’est génial de pouvoir nommer.

  • Isabelle

    Ho!!! Comme je reconnais ma fille de 11ans à travers de tes « blog » ça me fais du bien!!!
    Elle rêve de rencontrer des personnes comme elle, qui pense comme elle haha

    • Au royaume d’une Aspergirl

      Lorsqu’elle sera un peu plus grande, elle pourra discuter avec des personnes comme elle sur Facebook. Je crois qu’il existe d’ailleurs un groupe spécifiquement pour les adolescents. Il faut avoir 13 ans. Youpi si ça peut l’aider, j’en suis bien heureuse !

  • Au royaume d’une Aspergirl

    C’est fou ce que tu me dit à propos du dessin parce qu’en fait, la professeure m’a demandé mes objectifs et justement, je lui ai dit que je voulais apprendre les expressions des visages et qu’en même temps ça me permettrait de mieux les reconnaître. Elle m’a apporté de grandes feuilles imprimées de toutes les émotions pour m’aider; je crois que je suis à la bonne place.

    Pour la langue c’est tellement contre-productif cette méthode, je la déteste. Je ne peux pas croire que je faisais ça pour vrai. Grrr. 🙂

  • LeocadiaLee

    Ouiiii! C ‘est complètement pareil pour moi: je visualise la version littérale d’une expression avant de pouvoir la mettre dans le contexte. Du coup c’est fatigant, et même quand je comprend l’expression sans problème, je déteste ça. Les expressions que je déteste le plus: « il pleut comme vache qui pisse », « j’ai d’autres chats à fouetter » et « he wears his heart on his sleeve ». Insupportable!

    Merci pour ton blog. Je viens d’être diagnostiquée à 35 ans, et c’est impressionnant de se comprendre mieux comme ça!

    • Au royaume d’une Aspergirl

      Pour la vache, c’est juste dégueulasse, ha ha ha ! Par contre, pour la pluie, j’ai toujours aimé  »il pleut à boire debout », c’est bien plus joli et logique.

      • Olivia Reaney/Holywa

        Haaaaaan c’est donc ça l’origine de l’expression? J’avais jamais fait le lien!

        • Au royaume d’une Aspergirl

          Les expressions sont toutes sur internet maintenant alors lorsqu’une d’elle est incompréhensible on peut la chercher, c’est tellement pratique.